[API] Comment optimiser le cycle de vie des API ?

2019-01-30T17:00:49+01:002019-01-30|Bonnes pratiques|

Les API sont devenues des outils essentiels pour la croissance de l’entreprise et son agilité. Mais leur développement n’est pas une tâche facile. Ces interfaces deviennent de véritables produits. Avec leur proposition de valeur, leurs fonctionnalités, leur cycle de vie et surtout leurs utilisateurs. Il est indispensable de tenir compte de différentes étapes pour assurer leur succès.

Les API (Application Programming Interface) sont l’un des rouages majeurs de la transformation numérique. Mais la dynamique engendrée, d’un côté, par les besoins des consommateurs et, de l’autre, par celle du marché peut aussi entraîner des erreurs. Être réactif ne signifie pas se précipiter ! Les interfaces de programmation doivent être traitées avec la même attention et la même planification que tout service prioritaire pour une organisation.

Il est donc essentiel d’optimiser la gestion de ses API (ou API Management). Pour d’une part, profiter pleinement de leur potentiel. Et d’autre part, offrir un service convaincant dans un environnement en constante évolution. Deux acquisitions récentes majeures dans le domaine des API – l’acquisition d’Apigee par Google et de 3scale par Red Hat – confirment cette nécessité de mettre en place une gestion du cycle de vie des API.

 

L’objectif de l’API, tu définiras

Un programme d’API réussi et évolutif a d’abord besoin d’une équipe solide qui connaît parfaitement la finalité de l’interface de programmation. Les cas d’utilisation tournent autour d’un objectif commun qui est l’ouverture du Système d’Information (SI). Mais pour quels usages ? S’agit-il de créer une architecture adaptable en exposant tous les services internes via des API. De susciter un engagement accru des utilisateurs. Ou d’augmenter le trafic vers votre principal site ? Cela parait comme une évidence, mais il est bon de la rappeler, car plusieurs exemples montrent qu’il est bon de rappeler une règle de base : si ce sont vos consommateurs finaux qui trouvent de la valeur dans votre API, ce projet doit être conçu en tenant compte de leurs besoins.

Lorsque les objectifs sont clairement définis, il sera plus facile de choisir les mesures recommandées pour s’aligner sur cet objectif. Cette étape préliminaire permet aussi de constater comment l’API s’intègre à l’ensemble de votre stratégie de transformation numérique. Rappelons que cette stratégie implique l’adhésion totale à la puissance des API pour garantir le succès de la plate-forme.

 

Un logiciel d’API management, tu seras focalisé

La réussite de ce projet implique que votre équipe soit concentrée sur la mise en œuvre et l’adoption de votre API, d’où la nécessité de s’appuyer sur un logiciel de gestion des interfaces de programmation. Il permet de créer, de documenter, de gérer et de publier des API dans un environnement de développement sécurisé. Il automatise également les connexions entre une API et les applications qui l’utilisent. Enfin, il aide les administrateurs à surveiller la cohérence des connexions, le trafic et la sécurité. Ce type d’outil (comme SwaggerHub, Apiary et Reprezen) est donc une brique essentielle dans le cycle de vie d’une API.

 

Les tests sur tes API, tu multiplierasLes feedbacks permettent d’arriver à une interface API très efficace.

L’équipe doit s’appuyer sur un ensemble d’hypothèses qui doivent être confirmées ou réfutées.  Le recours aux outils précédemment cités lui permet de développer progressivement l’API avec des retours réguliers des parties prenantes et des clients à chaque itération. Les feedbacks permettent d’arriver à une interface très efficace.

Toute une batterie de tests (fonctionnels, de fiabilité, de sécurité, de conformité vis-à-vis du RGPD…) peuvent être organisés, mais de façon prioritaire, c’est-à-dire en fonction des objectifs et de la cible de votre interface de programmation.

 

Les dépendances, tu surveilleras

Votre API est conçue pour l’interopérabilité. Mais les applications devenant de plus en plus complexes avec de nombreuses dépendances et composants (internes et externes), il devient difficile d’avoir une vision globale. Pour cela, Il est possible de virtualiser des interfaces de programmation entières en utilisant des approches modernes (conteneurs/lien) afin qu’elles puissent être utilisées dans des environnements de développement et de production.

 

Les bons indicateurs de performance de ton API, tu retiendras

Des indicateurs de performance clé (ou KPI – Key Performance Indicators) permettent de démontrer ou non l’efficacité de votre interface de programmation et de mesurer le retour sur investissement (ROI). En un mot, atteint-elle ses objectifs ? Définir les KPI est donc un élément essentiel pour comprendre non seulement comment elle fonctionne. Mais aussi l’impact qu’elle a sur vos services, utilisateurs ou partenaires. Le nombre d’utilisateurs ou le nombre d’appels sont intéressants pour mesurer l’impact des actions de promotion de l’interface de programmation. Mais il ne faut pas oublier d’inclure une métrique liée aux revenus.

 

La fin de l’API, tu n’oublieras pas

Il y a toujours une fin. À la fin de son cycle de vie, une API s’arrête. C’est la phase où le support de la version (ou dans de nombreux cas, une API entière), est interrompu. Ce fut le cas récemment de l’API Google Hangouts. Après l’annonce de ses nouvelles applications de messagerie, Allo et Duo. Google a décidé de réorienter Hangouts vers le marché professionnel. Début 2017, la firme de Mountain View avait annoncé l’arrêt de la prise en charge des API Google+ Hangouts qui permettaient aux développeurs de créer des applications tierces pour le service.

 

L’une des plus grandes qualités des API est qu’elles aident une entreprise à devenir une plate-forme dans laquelle les partenaires, les fournisseurs et même les clients peuvent co-créer la valeur qu’ils souhaitent. Maîtriser le cycle de vie de ces interfaces doit devenir une norme. Ce modèle d’innovation par sur-traitance permet d’amplifier l’audience globale en activant des nouveaux usages non adressés jusqu’alors.

Mais cet objectif ultime implique de maintenir ses interfaces de programmation en intégrant les bonnes pratiques de design et en misant sur l’amélioration continue à partir des remontées des utilisateurs.

2019-01-30T17:00:49+01:002019-01-30|Bonnes pratiques|
l'agitateur du digital
notre newsletter
je m'inscris
moskitos médiathèque
nos ressources
je consulte
l'agitateur du digital
notre blog
je découvre