Interview J. Claudel, Responsable transformation numérique de H3C

2019-05-27T10:15:57+02:002017-12-06|Client à la Une|

Dans cette seconde édition, nous donnons la parole à Jérôme Claudel, Responsable de la transformation numérique du Haut conseil du commissariat aux comptes (H3C).

  • Pouvez-vous nous parler un peu de vous, de votre parcours et de votre carrière ?

Je suis diplômé de l’école d’ingénieurs Polytech Annecy-Chambéry en informatique industrielle.

Depuis 1999, je participe à la commercialisation, à la création et au déploiement de plateformes collaboratives innovantes (15) dans des secteurs d’activité en mutation.

Depuis 2015, je suis au H3C pour mener la transformation numérique de l’organisation. Dans ce cadre, je suis le référent unique de toutes les études et de tous les projets liés au numérique, à l’informatique et à la téléphonie. En l’absence de ressources internes, j’ai constitué et fédéré une équipe de partenaires (Jeunes Entreprises Innovantes) mobilisant, d’une part, des expertises complémentaires et, d’autre part, des solutions technologiques innovantes et ouvertes (intégration) pour répondre à la problématique globale de transformation.

  • Quelle est la mission du H3C ?

Autorité publique indépendante dotée de la personnalité morale, le Haut conseil du commissariat aux comptes (H3C) est l’autorité de régulation de la profession de commissaires aux comptes en France.

Le Haut conseil exerce les missions suivantes :

  • il procède à l’inscription des commissaires aux comptes et des contrôleurs de pays tiers ;
  • il adopte les normes relatives à la déontologie des commissaires aux comptes, au contrôle interne de qualité et à l’exercice professionnel ;
  • il définit les orientations générales et les différents domaines sur lesquels l’obligation de formation continue peut porter et veille au respect des obligations des commissaires aux comptes dans ce domaine ;
  • il définit le cadre et les orientations des contrôles, il en supervise la réalisation et peut émettre des recommandations dans le cadre de leur suivi ;
  • il diligente des enquêtes ;
  • il prononce des sanctions ;
  • il statue comme instance d’appel sur les décisions prises par les commissions régionales en matière de contentieux des honoraires ;
  • il coopère avec ses homologues ;
  • il suit l’évolution du marché de la réalisation des missions de contrôle légal des comptes des entités d’intérêt public.

Le Haut conseil peut déléguer à la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes (CNCC) la réalisation des missions suivantes : l’inscription des commissaires aux comptes et la tenue de la liste, le suivi du respect des obligations de formation continue des commissaires aux comptes ainsi que les contrôles visant des cabinets ne détenant pas de mandat d’entité d’intérêt public peuvent être délégués. Les conditions de délégation sont fixées par une convention homologuée par arrêté du garde des Sceaux.

  • Quels sont les principaux besoins et problématiques auxquels vous êtes confrontés ?

En 2016, la réforme européenne de l’audit, justifiée par la crise financière de 2008, est entrée en vigueur. Les 4 enjeux de la réforme pour les cabinets français sont les suivants :

  • la rotation des cabinets ;
  • la rotation des associés signataires ;
  • l’appel d’offres ;
  • les services non audit.

Cette réforme a bien évidemment impacté le H3C, d’une part, avec l’évolution des métiers existants (exemple : contrôles), et d’autre part, avec la création de nouveaux métiers (exemples : inscriptions et enquêtes).

L’écosystème significatif du H3C, composé d’acteurs institutionnels, en France, comme la CNCC, l’AMF (Autorité des marchés financiers), l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution), et à l’international, comme, par exemple, le PCAOB (Public Company Accounting Oversight Board), homologue aux Etats-Unis, est également impacté par cette réforme.

En effet, dans le cadre de ses missions (inscriptions, contrôles, enquêtes et coopération), le H3C est dans l’obligation d’échanger, de plus en plus, avec une fréquence plus élevée, des informations confidentielles et des documents sensibles avec toutes ces organisations, de manière extrêmement fiable et sécurisée.

Dans ce nouveau contexte, le H3C a décidé de créer et déployer une nouvelle plateforme de services numériques, fortement évolutive, pour faciliter, anticiper et accélérer l’exécution de ses activités métiers.

  • Pouvez-vous nous parler du projet que vous avez mené avec Moskitos ? 

Dans un premier temps, pour lancer ce projet ambitieux, un système métier de référence, regroupant l’ensemble des informations relatives à la profession (13 000 CACs et 6 000 cabinets) a été créé et déployé auprès de l’ensemble des collaborateurs internes du H3C (50 personnes).

Historiquement, l’ensemble des informations était stocké dans de multiples fichiers Excel, et par conséquent n’étaient pas structuré de manière homogène et centralisé dans un système commun.

Afin de réussir cette première étape de transformation, la démarche de co-construction d’un premier résultat tangible rapidement (1 système en production dans le Cloud – 3 fonctionnalités métiers – 1 mois), avec les équipes métiers et techniques, a été définie et déployée.

Fort de ce premier succès, le système a ensuite évolué, de manière collaborative et itérative, pour répondre aux enjeux du H3C avant et après réforme, et amorcer un changement significatif de culture en interne, notamment par l’exploitation quotidienne de la nouvelle solution.

Dans un deuxième temps, compte tenu du volume d’activité, en particulier sur le métier de l’inscription, le H3C a décidé de créer et déployer, avec l’équipe Moskitos, une plateforme de services, à destination de son écosystème (CNCC et CACs en priorité), pour dématérialiser les flux et fluidifier le traitement des dossiers. Au regard de la multitude d’acteurs et des échanges d’informations et de documents, la plateforme composée d’un portail web, piloté par la solution Crosscut de Moskitos et du système métier de référence a été retenue et mise en œuvre avec succès.

  • Quel bilan dresseriez-vous de cette collaboration ?

Le bilan est très positif : l’équipe Moskitos a bien appréhendé le contexte, les enjeux et les besoins du H3C pour proposer la solution la plus pertinente à mettre en œuvre ; l’équipe projet, composée des collaborateurs H3C et Moskitos a travaillé main dans la main, en mode projet (méthodologie agile), de manière efficace.

La plateforme évolue en permanence et de nouveaux services, sur les métiers des contrôles et des enquêtes, sont en cours d’étude, prenant en compte l’évolution de la règlementation (RGPD).

De belles histoires restent encore à écrire….

2019-05-27T10:15:57+02:002017-12-06|Client à la Une|
l'agitateur du digital
notre newsletter
je m'inscris
moskitos médiathèque
nos ressources
je consulte
l'agitateur du digital
notre blog
je découvre