« Notre plateforme iPaaS est l’une des rares dans le monde à proposer de l’intelligence artificielle via une interopérabilité avec le système cognitif IBM Watson », explique Bertrand Masson, CEO de Moskitos.

Entre les réglementations européennes de plus en plus strictes sur les données (RGPD, financières, Privacy Shield, etc.) et la détermination d’aller vers des segmentations toujours plus fines pour personnaliser au maximum l’expérience du client, les entreprises ont presque l’obligation de disposer de données de très grande qualité. C’est d’autant plus difficile que les données ne sont plus uniquement hébergées en local dans le système d’information, elles sont éparpillées en interne, en externe dans le Cloud, sans oublier la proportion de plus en plus importante de données non structurées issues du web et des réseaux sociaux qu’il faut aussi traiter à bon escient. « Nous sommes passés d’un mode de gestion point à point dans le datawarehouse à une approche de hub de données qui va concentrer toutes les données et les redistribuer vers de multiples sources et cibles », résume Frédéric Brousse, directeur général d’Informatica France. Les données deviennent de plus en plus critiques, il est donc urgent de pourvoir y accéder facilement en quasi temps réel au bon moment, au bon endroit et quel que soit l’endroit où elles se trouvent.

Mais en pratique, comment peut-on y accéder aussi simplement ? « Déjà, il faut bien comprendre qu’il n’y a pas une seule approche, une réponse universelle. Nous concernant, chez Umanis, nous arrivons effectivement à cet instant où les entreprises réfléchissent à la trajectoire qu’elles souhaitent donner à leurs données, à réconcilier l’ensemble de leurs données externes et internes et aux usages qu’elles veulent en faire en fonction de leurs coûts, bien sûr, et de la rapidité de mise en œuvre. L’élément déclencheur est souvent le Cloud pour disposer d’une infrastructure qui puisse évoluer dans le temps », indiquent Franck Archer, directeur consulting, et Stéphane Hawro, practice manager et expert des problématiques du Data Management, chez Umanis. Et d’ajouter : « Cela dit, nous nous adaptons à l’existant. Actuellement, nous intervenons auprès de la Macif qui dispose de technologies ETL (ndlr : automatisation des tâches d’extraction des données multi-sources et conversion dans des formats appropriés) et de plateforme ESB (ndlr : lien de communication entre les applications dépourvues d’interfaces natives dédiées). En partant de cet existant, nous orientons le choix de telles ou telles technologies en fonction des usages. Ainsi, pour l’assureur, nous avons préconisé une plateforme hybride sur Hadoop et décisionnelle via Informatica pour assurer une traçabilité des données. En parallèle, la Macif dispose d’une plateforme Tibco qui vient déverser les données dans le datawarehouse. Lorsque nous préconisons des architectures, nous garantissons que l’interaction fonctionne à tous les niveaux et avec toutes les briques technologiques même s’il faut bien le reconnaître, c’est loin d’être le cas chez tous les éditeurs. »
Assurer ce lien grâce aux iPaaS

L’interaction et l’interopérabilité sont, à ce titre, les clés d’une bonne gestion des données dans l’entreprise surtout à l’heure du Cloud avec les applications SaaS, les applications mobiles et la déferlante des objets connectés btob. « Chez Moskitos, nous avons vite compris, à partir des années 2010, la problématique des échanges de données surtout dans un contexte de multiplication des sources de données (Cloud privé, public, hybride, API, Open Data, IA…) et de leur hétérogénéité technique (Legacy, mobile, IoT, EDI, DSP2). Pour répondre à cette problématique, nous avons donc créé notre plateforme d’intégration et d’APIs dans le Cloud (iPaaS) Crosscut. L’objectif de Crosscut est de proposer un catalogue de connecteurs, un moteur de transformation et d’orchestration », explique Bertrand Masson, CEO de Moskitos.

Cela fait maintenant trois à quatre ans que ce marché du iPaaS est identifié par le cabinet Gartner. En exploitant une plateforme iPaaS, les utilisateurs peuvent automatiser des flux d’intégration qui connectent l’ensemble des applications, celles résidentes dans le Cloud comme Marketo, Salesforce, Workday, avec celles en mode On-Premise, sans avoir à gérer ni matériel, ni middleware. « L’iPaaS permet effectivement de faire ce lien entre le Cloud et les applications On-Premise. Aujourd’hui, Informatica, avec son offre Informatica Cloud, est leader avec 19 % de parts de marché, 20 % des entreprises du CAC 40 nous font confiance et utilisent déjà Informatica Cloud », précise Frédéric Brousse qui cite aussi l’APEC parmi les récentes entreprises utilisatrices. Gartner recommande donc de s’outiller avec ce type de plateforme en insistant sur l’importance d’inclure les applications Cloud comme Salesforce dans le système d’information. Pour Frédéric Brousse, si l’iPaaS tend effectivement à se généraliser, ces plateformes doivent aussi se connecter aux outils de Data Management existants. Le dirigeant d’Informatica prend notamment l’exemple des banques dont certaines applications métiers ne peuvent pas consommer d’API et qui doivent donc trouver d’autres moyens, notamment des solutions traditionnelles de Data Management.

Aujourd’hui, le marché de l’iPaaS, estimé à presque 700 millions de dollars par Gartner, est dominé par des éditeurs leaders comme Informatica, MuleSoft, Dell Boomi, Jitterbit, SnapLogic, mais aussi par des challengers comme Scribe Software, Built.io sans oublier le français Moskitos. « L’Oréal utilise déjà notre plateforme Crosscut, de même que le groupe Peugeot qui connecte en temps réel ses 2500 applications points de vente chez les concessionnaires. Ainsi, lorsque le marketing central de Peugeot crée une offre promotionnelle, tous les logiciels de caisse déployés dans le réseau de concessionnaires la reçoivent instantanément, lesquels peuvent effectuer leurs workloads de remboursement », souligne Bertrand Masson. Selon Moskitos, la demande de plateforme iPaaS est très forte : « En une semaine, c’est parfois une vingtaine de rendez-vous pour les commerciaux sur des problématiques de Data Intégration. Une plateforme iPaaS est aussi de plus en plus sollicitée pour gérer les flux d’informations car les métiers sont toujours plus nombreux à mettre en place des objets connectés et des applications mobiles ». A l’heure actuelle, Moskitos est hébergé dans le Cloud Azure de Microsoft mais commence à tisser des liens avec Amazon et Alibaba.

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE SUR LE SITE LMI